Coupe du Monde 2022 : les conditions d’attribution du Mondial dénoncées

0    Non classé  Jade
Coupe du Monde 2022 : les conditions d’attribution du Mondial dénoncées
28 Déc
8:29

La FIFA porte plainte. En 2022, le Quatar accueillera la Coupe du Monde. Mais, un témoignage révèle les circonstances illicites de l’attribution du Mondial prévu être organisé par les Quataris dans moins de 8 ans. Le lanceur d’alerte n’est autre que l’ancienne responsable de la communication du comité de candidature du Qatar.

Troubles sur la Coupe du Monde 2022 : Phaedra Almajid, la tête à couper

qatarSon nom devait rester secret, mais d’une manière calculée selon elle, son identité a fini par être dévoilée. Désormais, sa vie se résume à un mot : la crainte. Ancienne responsable de la communication du comité de candidature du Qatar pour l’organisation de la Coupe du Monde 2022, Phaedra Almajid témoigne sur les conditions d’attribution du Mondial prévu dans moins de 8 ans. Ses propos sont recueillis par Michael Garcia, menant alors une enquête sur les circonstances. Son témoignage bouleverse le monde du foot, en particulier les Qataris et la FIFA, qui porte alors plainte également au sujet de l’attribution du Mondial 2018. La cause ? Phaedra Almajid raconte la scène qui se déroule en janvier à Luanda, Angola, levant le voile sur les dessous des méthodes d’attribution du mondial. Des aveux qui compromettent en particulier la position des Qataris, mais de la FIFA également, qui se démènerait alors à faire taire les rumeurs à ce sujet, tout comme Joachim Eckert, président de la chambre de jugement du comité d’éthique de la FIFA, qui semble vouloir arrêter les lanceurs d’alerte comme Phaedra Almajid. Le FIB suit l’affaire.

Attribution du Mondial 2022 : que s’est-il passé à Luanda en 2010 ?

Janvier 2010, Luanda, en Angola, accueille un congrès de la Confédération africaine. Dans l’assistance réunie dans un hôtel : Phaedra Almajid, des responsables qataris, un haut dirigeant du foot africain et deux autres responsables africains. Selon l’ancienne responsable de communication, la scène se déroule « normalement » : les responsables qataris proposent un don d’un million de dollars à la Fédération africaine, contre le soutien du haut dirigeant africain présent. Affaire conclue, après que celui-ci réclame un million et demi de dollars au lieu d’un million. Phaedra Almajid est sommée de se taire. Mais, pour la femme arabe, la désobéissance est le prix à payer pour préserver son intégrité.

»

Laisser un commentaire