Tanking NBA : la honte du sport américain

0    Non classé  Jade
Tanking NBA : la honte du sport américain
15 Juin
7:02

Les oreilles de Jordan Clarkson pourront bien siffler lors du prochain match des Lakers à domicile, alors qu’il pensait bien faire. Il est rare de rentrer le panier de la gagne au buzzer, mais même en offrant à Los Angeles de le gagner à Philadelphie, il a fait le mécontentement de ses propres spectateurs en s’impliquant dans l’opération tanking depuis le début de saison à L.A.

Les ligues fermées américaines se spécialisent dans le tanking. Le but est de ne pas gagner de match tant que c’est possible afin que la draft puisse recruter le meilleur joueur disponible, pour être dans la compétition à long terme.

Byron Scott, coach de l’équipe des Lakers a dit qu’il ne voulait pas entendre cela alors qu’il affiche 20 victoires pour 53 défaites cette saison, alors qu’en début de saison, il a voulu remporter le titre. L’art d’un bon tanking se fait en perdant beaucoup sans que les autres voient que cela a été fait exprès. Gordon Gund, propriétaire de Cleveland en 2003 affirmé qu’ils n’ont jamais voulu bâcler la saison pour avoir Lebron James à la draft.

Évidemment qu’il ment parce que la composition de l’effectif a été démembré pour qu’elle se place au rang de la pire équipe de l’année. Cette pratique est typique dans la ligue de hockey, la NHL. Le dernier jour du mercato, le gardien titulaire des Buffalo Sabresa, Michael Neuvirth, avec ses 91% d’arrêts depuis janvier, a été viré pour la carotte Jack Eichel, star annoncée de la prochaine draft. Il s’est plaint de la situation et a déclaré qu’en sport, le principe est de gagner et que jouer pour être dernier, est injuste.

Neuvirth n’a pas passé beaucoup de temps pour réussir son tanking comme M.L. Carr et Greg Popovich. En 1997, ces entraineurs des Celtics et des Spurs ont voulu Duncan, en sortant volontairement les joueurs les plus Adroits, et en ne faisant pas revenir David Robinson à renforcer l’équipe après une blessure au pied. Aujourd’hui, en NBA, le premier choix de draft peut être obtenu par les cinq pires équipes de l’année.

Le tanking sauvage n’a pas pu être évité par cette mesure. D’autres s’ambitionnent à ce que l’on prenne en compte les résultats des cinq dernières années. David Stern a déclaré qu’il ne comprenait dit-on que c’est du tanking lorsque les deux pires équipes obtiennent les deux premiers choix de draft, et que l’on dise que c’est terrible et qu’elles auraient dû les avoir quand c’est le contraire. Il a raison puisque la chance de détenir le premier choix de draft, en début de saison, était la même pour les quatre pires équipes de la Ligue.

« »

Laisser un commentaire